Pour être une réussite le plan massif du Président Macron pour les équipements sportifs doit créer de l’urbanité sportive

Le président de la république a annoncé un grand plan d’équipements sportifs. REMISE DES MÉDAILLES À L’ELYSÉE, LE PRÉSIDENT A FAIT DU EN MÊME TEMPS. Pour éviter que ce plan qui s’annonce comme un copier coller du plan J Sports lancé il y a 30 ans, LE GRAND PLAN « MASSIF » MACRON POUR LES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS DE PROXIMITÉ : UN COPIER COLLER DU PLAN J SPORTS LANCÉ IL Y A 30 ANS ? les équipements doivent créer de l’urbanité sportive.

L’urbanité peut être définie comme « les relations que les êtres humains doivent entretenir entre eux quand ils habitent en ville et qu’ils doivent coexister dans cet espace »*

L’urbanité sportive vise à concilier une double mixité sociale et fonctionnelle

  • une mixité sociale : créer des lieux de pratiques qui permettent à différentes catégories de public de se retrouver)
  • une mixité fonctionnelle : créer des équipements qui puissent répondre à différentes fonctions, EPS, pratique de loisir, pratique de bien être, de santé, …

On ne peut pas dire qu’en 30 ans la place de l’équipement sportif ait progressé. La  financiarisation urbaine    qui a pour corollaire la standardisation  du développement urbain oublie la plupart du temps l’équipement sportif.  L’objectif :  construire vite a bien souvent donné lieu à un urbanisme émietté sans vision globale dans lequel les équipements publics sportifs arrivent en dernier. Et pourtant  les aménagements et  les équipements sportifs sont sans doute les espaces  partagés les plus emblématiques.

Or  l’équipement multisports posé tout seul est encore aujourd’hui la réponse la plus fréquente. Pas cher, réalisé en peu de temps, il prend peu de place donne bonne conscience mais ne répond pas aux réels enjeux.

Si le plan Macron consiste à déployer plusieurs milliers de terrains de basket ou de terrains de padel isolés, ce sera un échec.

La nouvelle génération de  skates park : un exemple à suivre

Chacun a pu en faire l’expérience. Les skates park modulaires, sous dimensionnés et  installés un peu partout dans la ville ne sont pas fréquentés et sont aujourd’hui à l’abandon. Souvent sont préférés des spots comme la place de la mairie ou la place du marché. A l’inverse la nouvelle génération de skates park avec l’accueil de toutes les activités de glisse skate, bmx, trottinette, roller   dans 3 espaces street, bowl et rampes offre la possibilité pour les débutants de côtoyer les « pros ».  Conçu avec des espaces d’observation pour s’asseoir (gradins, pente gazonnée) ces aménagements mettent en scène les pratiquants et permettes aux parents,  aux amis de se poser et de contempler. Un succès phénoménal. cf les skate park de Pau, Calais, Le havre, Saint Nazaire, Dijon, Reims …

Ce qu’il faut en retenir c’est que le saupoudrage ne fonctionne pas à l’inverse de la polarisation qui draine des flux à la fois des pratiquants, des parents, des badauds, des potes, ..

En matière d’équipements sportifs, le saupoudrage est  l’ennemi de l’urbanité sportive.

C’est la même logique pour le 3×3 ou d’autres activités comme le padle . N’oublions pas que le tennis a commencé à décliner lorsque le plan 5000 courts de tennis a été lancé. La construction d’un court à coté de chaque église a eu pour effet de vider les grands clubs de leurs adhérents. Problème : dans le club du village, pas de clubs house, pas de copain  pour jouer, pas d’ambiance  et au final on passe à autre chose !

En outre dans les quartiers qui sont la cible du grand plan massif l’équipement n’est pas suffisant. C’est une politique publique ambitieuse qu’il convient de porter avec des moyens humains. Une politique publique où il convient de travailler sur la complémentarité entre le temps de l’EPS, le service public des APS porté par les collectivités et le service public du sport qui revient aux clubs. Le continuum éducatif est une clé de la réussite.

La  règle sportive peut favoriser une appropriation des équipements, sur la durée et pour éviter dégradations et incivilités, mais ce plan devrait aussi prévoir l’encadrement sans qui la dimension éducative et sociale ne peut exister et l’action perdurer.

Si ce plan massif se concrétise par la création d’un maximum d’équipements isolés ce qu’on peut craindre en période électorale, on doute sérieusement de son efficacité.

Quelles sont nos propositions ?

Lien vers l’article Quels équipements sportifs pour quelle échelle territoriale ?

* MONNET J. et CAPRON G. (2000), L’urbanité dans les Amériques : les processus d’identification in « Espaces publics et pratiques ludo-sportives à Toulouse : l’émergence d’une urbanité sportive ? «  thèse Fabrice Escaffre 2006

Pour approfondir la notion d’urbanité sportive lire l’article suivant QUELS ÉQUIPEMENTS SPORTIFS POUR QUELLE ÉCHELLE TERRITORIALE POUR QUELS USAGES ?

Les travaux de JP Augustin  https://www.persee.fr/doc/geoca_1627-4873_2001_num_76_1_2502

ceux de  Fabrice Escaffre

https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2011-4-page-405.htm

La thèse de Fabrice Escaffre https://tel.archives-ouvertes.fr/file/index/docid/80781/filename/LES_ESPACES_PUBLICS_ET_LEURS_USAGES_SPORTIF1.pdf

partager
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer
Cet article vous a-t-il été utile ?
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur print

A quel point cet article vous a-t-il été utile ?

Cet artcile ne vous a pas été utile?

Newsletter Gratuite

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez toute l'actualité des décideurs du sport.
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur print

Nous apprécions vos commentaires utiles !

N'oubliez pas de nous suivre sur nos réseaux sociaux.