Quels équipements sportifs pour quelle échelle territoriale pour quels usages ?

Le président de la république a annoncé un grand plan d’équipements sportifs. Pour éviter que ce plan qui s’annonce comme un copier coller du plan J Sports lancé il y a 30 ans, les équipements doivent créer de l’urbanité sportive. Ceci pose la question du type d’équipement à proposer en réponse aux différentes demandes.

Les débats récents sur la place de l’EPS à l’école ont mis en évidence l’importance de l’EPS dans l’apprentissage d’une activité physique et sportive et d’une pratique sportive.  3 SERVICES PUBLICS EPS – APS – COMPÉTITIONS SPORTIVES POUR QUELLE VISION SUR LA PLACE DU SPORT DANS LA SOCIÉTÉ ?  

Notre conviction est que l’implantation des  équipements sportifs et leurs fonctionnalités sont indissociables de  l’implantation des établissements scolaires (nous aurions pu parler de carte scolaire, mais celle ci a été supprimée).

  • A l’échelle du quartier une école
  • A l’échelle des inter-quartier un collège
  • A l’échelle de la ville des lycées.

Outre le fait que l’EPS à l’école, au collège et au lycée nécessite des équipements sportifs, nous constatons en effet qu’il est opportun de penser également l’offre en équipement sportif sur ces échelles de territoires comme le montre le schéma suivant.

Des équipements sportifs réversibles

Comment expliquer que la cour d’école est l’espace le moins utilisé dans nos villes. Il est grand temps de penser nos cours d’école en termes de design actif avec une salle pour les pratiques douces, un  préau sportif pour l’EPS et hors temps scolaire l’ouverture de ces équipements aux habitants  du quartier. Un équipement réversible qui crée de l’urbanité à la fois dans sa fonction sociale et dans son usage. Un équipement de vie au quotidien qui assure le lien fonctionnel entre le temps scolaire péri et extra scolaire.

Le Plan Macron doit permettre de réaménager nos cours d’école pour favoriser l’EPS et la pratique sportive de proximité.

Les gymnases traditionnels type C doivent également aussi être pensés différemment. Souvent implantés dans des collèges et des lycées certains d’entre eux restent inaccessibles aux clubs, ce qui est un comble, la plupart au grand public. Souvent réhabilités à l’identique, de fait ils ne transforment pas l’usage. Une extension avec un préau, la réalisation de vestiaires sanitaires grand public, d’une salle annexe, l’installation d’équipement de fitness et de street work out en transformeront totalement l’usage.

Saluons l’avancée de la Proposition de loi visant à démocratiser le sport en France sur ce sujet qu’  un accès indépendant aux locaux et équipements affectés à la pratique d’activités physiques ou sportives est prévu lors de la création d’une  nouvelle école ou d’un collège. Il serait bien de le prévoir pour les lycée !  

Le Plan Macron doit permettre de sortir de la standardisation des gymnases.

Les équipements sportifs ont été pensés en référence à la pratique en club et à l’ EPS ce qui est logique. Lorsque les grands plans d’équipements sportifs ont été Lancés dans les années 60 70 la pratique sportive se limitait au sport en club et à l’EPS.

Hors aujourd’hui la demande a évolué. En effet selon les dernières études du ministère des sports et du CREDOC qui confirme de nombreuses autres études la santé la détente le plaisir la rencontre sont les principaux facteurs de motivation des pratiquants.

Ouvrons les gymnases au public comme à Dijon !

A Dijon la ville va ouvrir 3 gymnases en accès libre et gratuit  les dimanches matins et les matins des vacances scolaires.

Pour Mathieu Abbate le directeur des sports « Il faut sortir des sentiers battus et du stéréotype suivant : le gymnase pour les clubs et les scolaires, le city stade pour le grand public…. (ou si j’ai les moyens et l’envie, le soccer 5 ou un terrain de sports de raquettes) Je peux aller à la piscine ou à la patinoire municipale en famille mais je ne peux pas aller jouer au basket ou au bad autrement que dans une structure privée ou en extérieur ? »

Le saupoudrage des équipements est l’ennemi de l’urbanité et de la socialisation

Si le gouvernement attend du sport qu’il socialise, alors le saupoudrage n’est pas la bonne réponse. Et pourtant en pleine campagne présidentielle ,  annoncer plusieurs milliers d’équipements sportifs sur fond de constat de carence  c’est tentant ! La rationalité électorale pourrait l’emporter sur la rationalité de l’intérêt général

 Pour socialiser par définition il faut permette la rencontre le vivre en commun et donc des équipements qui drainent des flux, des équipements comme les skates parks de nouvelle génération qui s’adressent à tous les pratiquants en même temps.

La vision doit être identique pour les sports de raquette, le 3×3, les sports urbains.

Le grand plan macron révèlera la vision que porte le gouvernement quant à la place du sport dans la société. Vision que selon moi aurait du depuis longtemps faire l’objet d’un débat au sein de l’agence nationale du sport …   A lire cet article sur le sujet.

Décidément dans ce Pays rien ne change, si le président ne prend pas l’initiative rien ne bouge !

partager
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer
Cet article vous a-t-il été utile ?
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur print

A quel point cet article vous a-t-il été utile ?

Cet artcile ne vous a pas été utile?

Newsletter Gratuite

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez toute l'actualité des décideurs du sport.
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur print

Nous apprécions vos commentaires utiles !

N'oubliez pas de nous suivre sur nos réseaux sociaux.