J – 1 Election à la présidence du CNOSF les positions se resserrent

J -1 avant l’élection, chaque candidat(e) abat ses cartes publiquement et les tractations vont bon train dans les couloirs.

Toute la question est de savoir si un des candidats peut s’imposer dès le premier tour. Pour les uns « Brigitte fera 640 voix », pour les autres impossible qu’elle obtienne la majorité dès le premier tour. « il y a 4 candidats quand même » Chaque candidat compte ses voix, mais tout se jouera dans le secret du vote.

Le grand oral du 16 juin a resserré les écarts. Chaque candidat derrière son pupitre a répondu à une dizaine de questions. Plus ou moins à l’aise selon les questions, les candidats ont montré une maitrise de leur dossier. La mieux préparée était sans doute B Henriques plus à l’aise que lors de la présentation des programmes le 27 mai CANDIDATURES AU CNOSF : NOS NOTES SUITE AU GRAND ORAL . Des fiches prêtes, la candidate a décliné ses propositions en les raccrochant à son programme.

Thierry Rey qui a enregistré des soutiens importants depuis un mois et notamment ceux de 80 sportifs J-1 : Plus de 80 personnalités du sport appellent à voter Thierry Rey a conservé son approche politique des sujets toujours avec un agenda des échéances politiques et sportives en tête.

Emmanuelle Bonnet Oulaldj a défendu sa vision, l’importance du service public, du 1% du budget consacré au sport, une belle surprise pour bon nombre d’observateurs.

Patrice Martin a mis en avant son expérience de sportif, de président de fédération, mais aussi au sein de la société civile et a montré toute sa motivation à occuper le poste.

Les 4 candidats ont également donné une interview sur la chaine Eurosport

Henriques : « Je suis très déterminée à faire bouger les lignes »

Bonnet-Oulaldj : « Je veux féminiser le sport »

Rey : « Paris 2024 sera un succès si le sport irradie notre société »

Martin : « Travailler au plus près de Paris 2024 pour s’assurer de l’héritage des Jeux »

Bravo aux candidats. De l’extérieur ça a de la gueule. Visiblement c’est plus compliqué en coulisse. Dans un article du Parisien , Sandrine Lefèvre faisait état d’une ambiance particulièrement tendue. « Petites phrases, candidats clivants… drôle d’ambiance avant l’élection à la présidence du CNOSF »  » la tension est à son comble. Les candidats ont-ils seulement verrouillé leur vote ? « Un président m’a confié avoir dit à deux candidats qu’il voterait pour eux car il en a assez de recevoir leurs appels » …

On sera demain

Lien vers le programme des 4 candidats

A lire

Un CNOSF pour quel club ?

Elections à la présidence du CNOSF : où en sommes-nous ? par Gérard Perreau Bezouille président FFCO

partager
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer
Cet article vous a-t-il été utile ?
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur print

A quel point cet article vous a-t-il été utile ?

Cet artcile ne vous a pas été utile?

Newsletter Gratuite

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez toute l'actualité des décideurs du sport.
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur print

Nous apprécions vos commentaires utiles !

N'oubliez pas de nous suivre sur nos réseaux sociaux.