L’ANS doit-elle définir un projet pour elle-même ou pour le sport Français ?

L’ANS a été créée sous la forme d’un GIP pour permettre aux décideurs du sport de « s’engager en faveur d’un projet commun et d’intérêt général  » comme le stipule le préambule de ses statuts.

3 ans aprés sa création, l’ANS doit enfin livrer sa vision sur le volet développement des pratiques, une vision dont la finalité (toujours selon le préambule des statuts) est de « donner de la lisibilité aux politiques publiques sportives et de la cohérence dans leurs financement ».

Nous avons eu accés aux documents présentés lors du 3ème comité de pilotage sur la stratégie de développement des pratiques (document également présenté lors de la conférence des présidentes et présidents de conférences régionales du sport). Il ne s’agit que d’un document de travail mais qui nous questionne . L’agence est-elle en train de définir un projet pour elle même et pas pour le sportif français ? si c’est le cas on est loin du projet commun …. On imagine toutefois que l’étude nationale des attentes et besoins des acteurs du sport sera intégrée à la version finale. Etude nationale des attentes et besoins des acteurs du sport : des résultats qui ne font pas réver …

3 axes stratégiques : faciliter, moderniser, responsabiliser mais pour quel projet commun ?

Le document affirme que l’ambition de la stratégie est de faire de la France une nation sportive. On attendait une déclinaison de cette ambition en terme d’orientations politiques, d’impact sur les publics, de lutte contre la sédentarité, d’éducation, … tout simplement de définition d’un projet commun et d’intérêt général sur lequel les décideurs du sport s’engagent. Un projet qui doit reposer en partie sur l’étude nationale des attentes et besoins des acteurs du sport mais surtout ceux des bénéficiaires finaux des politiques sportives.

Le premier axe prête à sourire « facilité l’accés à la pratique et aux dispositifs de l’agence ». La pratique de l’agence une nouveauté ! Le second interpelle : former les encadrants protéger les pratiquants, on pensait que ceci relevait toujours du ministère.

L’agence confond finalités et moyens.

On espère se tromper dans la lecture de ce document et que l’ambition de l’agence pour le sport français ne se limite pas la bonne gestion des moyens de l’agence. Dans ce cas il était totalement inutile de créer un GIP et d’engager toute cette réforme. Le CNDS répondait déjà à cette objectif.

En avril 2019 il y a bientôt 3 ans j’écrivais ceci : L’enjeu de la nouvelle gouvernance n’est pas la création de l’agence mais la mise en œuvre de projets partagés sur les territoires. La création de l’agence n’est pas une finalité juste un moyen Ne pas confondre agence du sport et nouvelle gouvernance.

L’enjeu ce n’est pas l’ANS, ni les membres décideurs de l’ANS mais le projet commun qu’elle porte

L’enjeu ce n’est pas l’ANS, ni les membres décideurs de l’ANS mais le projet commun qu’elle porte. Je pense qu’il est nécessaire de le rappeler. On attend impatiemment ce projet mais aussi le rapport de la cour des comptes sur l’ANS dont nous avons appris que sa publication était décalée …

partager
Twitter
LinkedIn
Facebook
Email
Imprimer
Cet article vous a-t-il été utile ?

à lire aussi